From Desert

Le désert est par définition un endroit où personne ne vit. Rencontrer des gens qui choisissent ou non de braver ces territoires inhospitaliers doit conduire à des histoires peu communes. Depuis 2016, Léo Coulongeat photographie les voyageurs et les habitants des déserts à travers le monde, rencontrant différents modes de vie, apprenant différentes cultures et expérimentant l'inattendu.

23 Contributeurs 3 J'aime 0 Reviews
1 025,00 Récoltés
20 000,00 Nécessaire
Raised Percent :
5.13%

41 Jours restants
5.13% De l'objectif
, France

Le projet « From Desert » : demain, le désert-monde ?

Les déserts n’ont jamais été autant au cœur des problématiques relevant de l’état de notre planète. Ce sont les premières régions à souffrir des conséquences environnementales liées au réchauffement climatique ou aux activités humaines, comme la déforestation accélérée. L’accès à l’eau et l’avancée des déserts sont deux des fortes préoccupations de la communauté internationale.

En Chine, le désert de Gobi est aujourd’hui appelé le « dragon jaune » et grignote 3000 km2 tous les ans, allant jusqu’à étouffer la ville de Pékin. Pire, en Afrique, le Sahara s’est étendu d’une surface de 900 000 km2 ces 100 dernières années ce qui correspond à la France et l’Italie réunies.

Les déserts sont aussi soumis aux diktats de l’industrialisation du XXIe siècle toujours plus avide de ressources naturelles comme le minerai de fer dans le Sahara en Mauritanie, de cuivre dans le désert d’Atacama au Chili ou de sel sur les hauts plateaux sud-américains. Le désert devient un désastre naturel pour nombre de pays et le siège d’un grand nombre d’aberrations au niveau des conditions de travail des ouvriers dans les exploitations industrielles. Selon l’Atlas de la désertification, paru en 2018, plus de 75% de la surface de la Terre est déjà dégradée.

En parallèle, les régions désertiques sont les terrains d’opération d’une grande partie des crises au niveau international. Le monde oublie la tragédie qui se noue à intervalles réguliers sur ces terres trop inaccessibles, ou feint de l’ignorer. Le nombre de réfugiés politiques ou climatiques ne cesse d’augmenter et les déplacements de populations pourraient atteindre 700 millions de personnes en 2050.

Présents dans toutes les religions, les déserts n’en restent pas moins des lieux de commerce, de spiritualité et de défis pour l’Homme, et se distinguent surtout par l’esthétisme inégalable de leurs paysages.

Enfin, ils restent une source de fascination et d’inspiration.

 

« J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence… »

dans Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry, 1943.

 

Pourtant, par définition, ils sont des lieux où l’on ne vit pas. Alors que 50% des terres émergées sont des déserts sur notre planète.

Partir à la rencontre de ceux qui ont pourtant choisi, ou non, de braver ces régions méconnues a mené le photographe Léo Coulongeat à de fabuleuses découvertes à l’orée de certains des plus beaux paysages terrestres.

Il a parcouru 13 déserts dans 13 pays sur 4 continents, depuis la Vallée de la mort jusqu’au Sahara, de mai 2016 à octobre 2018.

Approche visuelle et esthétique des paysages désertiques au travers de ses voyageurs et habitants, exploration de sujets environnementaux, étude de nouveaux modes de vie en devenir, réflexion sur les caractéristiques communes de tous les déserts traversés, voici quelques-unes des pistes que Léo Coulongeat a souhaité traiter pendant ce long parcours d’apprentissage.

Projet avant tout artistique, From Desert a pour objectif de partager avec le plus grand nombre la vision personnelle du photographe.

Cette vision s’est construite sur une double démarche photographique : une analyse formelle du paysage et une mise en perspective des visages rencontrés sur le chemin. Quand les portraits tentent de dessiner une identité commune, mélange singulier entre populations locales et voyageurs, les landscapes interrogent les liens entre ces hommes et leur espace de vie.

From Desert : dans une continuité photographique

From Desert, le projet de Léo Coulongeat, s’inscrit donc à la fois dans une continuité de la photographie documentaire initiée dans les années 1920 aux États-Unis et dans un héritage de la photographie de reportage.


En effet, le photographe s’intéresse aux hommes qui peuplent le désert, de manière frontale ; il a également le souci d’informer sur l’actualité de leurs conditions de vie en les représentant dans les paysages singuliers dans lesquels ils évoluent.
Il allie techniques photographiques de photo-reportage et exploration de nouveaux horizons par la photographie aérienne.

Un peu d’histoire

Dès le début de la photographie, dans la première moitié du XIXe siècle, les photographes occidentaux partent dans des pays lointains pour rencontrer et photographier leurs populations, leurs cultures, leurs modes de vies et leurs coutumes. Nombreux sont ceux qui s’aventurent en Orient, en Égypte, afin d’immortaliser ces grandes étendues de sable, ces paysages de montagnes, de dunes ou d’oasis, ainsi que les vestiges archéologiques de civilisations disparues. Même Rimbaud, dans sa quête d’aventure éthiopienne, s’essaiera à la pratique photographique.

Les photographies de John Beasley Green ou bien de Maxime Du Camp renforcent l’idée d’un Orient fantasmé qui avait déjà été mis en place par la peinture orientaliste des XVIIIe et XIXe siècles. Pour eux, le désert est un endroit inhospitalier avec une lumière, des couleurs, des formes et une esthétique particulière.

Cet intérêt pour l’Orient s’est poursuivi avec l’invention de la photographie en couleur qui a permis de donner une image plus proche de la réalité. La photographie devient alors le témoin privilégié des changements sociaux, politiques, environnementaux apportés par les occidentaux et le colonialisme.

 

La démarche du photographe

Si beaucoup de photographes explorent chacun à leur manière ces territoires arides du bout du monde, peu d’entre eux les appréhendent dans une tentative de regard d’ensemble.

Quelques-uns de ces aventuriers du désert produisent des clichés : ils évoquent tour à tour des caravanes de chameaux progressant au milieu des dunes du Sahara marocain ou des nuits étoilées dans le parc national des Arches aux États-Unis, loin de la pollution lumineuse des villes.

Parfois, ce sont les satellites en orbite autour de la Terre qui génèrent, depuis l’espace, des photographies d’observation : depuis l’infini, ils témoignent de l’infiniment grand de ces étendues démesurées, de leur structure, de leurs motifs picturaux abstraits.

Ici, rien de tout cela, et tout cela à la fois. Léo Coulongeat n’est ni un aventurier de l’extrême, ni un faiseur d’images attendues pour les magazines.

Inspiré de photographes comme Max Muench ou Chris Burkard qui ont un vrai talent pour des prises de vues d’extérieur tout en intégrant l’humain comme les néo-spécialistes Fabien Voileau et Brice Portolano, il se rapproche plutôt de la nouvelle photographie hybride entre aventure et reportage portée en France par des médias comme « Les Others » qui partage de passionnantes épopées.

Son projet au long cours est celui d’un rêve et d’une curiosité pour l’ailleurs et pour l’inconnu. C’est aussi la quête spirituelle d’un jeune homme de son temps, à la recherche d’autres ressorts de réflexion, loin des espaces balisés du monde occidental et guidé par la méditation qu’il pratique tous les jours.

Pourquoi faire un livre ?

Pour Léo Coulongeat, il s’agit de :
• matérialiser son projet sur un support physique, qui se partage, s’offre, et s’inscrit dans la durée et ancre les images dans la réalité
• enrichir le cycle de conférences et d’expositions qu’il entreprend par la présence d’un objet concret, qui vient compléter un contenu multi-support et multi-format
• inciter les lecteurs à voyager dans les déserts : le livre a un impact plus fort qu’un simple support numérique
• exposer auprès du grand public un compte-rendu visuel fort de son travail via une synthèse serrée des 700 photographies éditées
• partager avec des experts, des chercheurs, des journalistes et d’autres confrères son expérience des déserts et de les accompagner à documenter les sujets liés à ces territoires : migrations des populations, évolution des écosystèmes, conséquences du réchauffement climatique, religions et cultures, etc.

Le contenu du livre

Traverser une partie du Sahara sur un train de marchandises en Mauritanie, escalader le mont Sinaï en Égypte, chercher des météorites dans un désert d’Iran, rire avec les Touaregs au Maroc, danser autour d’un feu chamanique en compagnie d’indigènes Huicholes au Mexique, étudier les étoiles avec les meilleurs scientifiques au Chili, méditer dans un temple hindou dans le désert péruvien, constater avec effroi les désastres écologiques, écouter mon prochain et soi-même : ce projet photographique narre ces expériences humaines confrontés aux paysages désertiques très graphiques.

Regard aérien sur la diversité insoupçonnée des zones arides ou recherche des plus belles perspectives sablonneuses, face-à-face avec les hommes du désert, le livre est une immersion poétique sur un monde toujours méconnu qui sera peut-être notre monde demain.

Préface de Philippe Frey

Léo Coulongeat a sollicité Philippe Frey pour rédiger l’avant-propos de son ouvrage. Qui mieux que l’écrivain-voyageur-anthropologue et sans doute le plus grand explorateur des déserts de ce dernier siècle pour mettre en perspective le récit visuel produit par le photographe pendant son périple ?

Philippe Frey figure parmi les signatures dont s’est inspiré Léo Coulongeat, notamment via son dernier ouvrage publié aux éditions Arthaud en 2017 Peuples du désert.

Deux univers en résonance, portés par une même volonté de témoigner avant tout des rencontres faites au gré du parcours, loin des chemins balisés et des a priori. Une aventure qui lie exploration scientifique et réflexion sur la condition humaine.

Dans ces ouvrages, Philippe Frey nous fait part d’un engagement irréductible pour l’environnement et la défense des peuples autochtones du désert. C’est aussi ce que tente de faire Léo Coulongeat par ses images.

 

Qui est Léo Coulongeat ?

Fort d’une formation d’ingénieur, Léo Coulongeat a d’abord intégré une start-up à Paris. Autodidacte, il commence à s’intéresser à la photographie en 2013. Attiré par l’exploration urbaine dans un premier temps, il est bouleversé par le désert lors d’un premier voyage aux États-Unis, puis au Maroc (Sahara). Les parcs désertiques de l’ouest américain agissent comme une révélation pour continuer en profondeur son roadtrip. Il a décidé de se consacrer à temps plein à la photographie depuis qu’il a entrepris son projet From Desert, avec comme point de départ la volonté de partir à la rencontre des voyageurs du désert.
« ERISPHERE » est l’identité qu’il s’est choisie. Eris est le nom de la déesse grecque du chaos et de la discorde, il est aussi le nom d’un vent de sable violent qui sévit en Egypte, le khamsin, vent sec et chaud équivalent au sirocco d’Afrique du Nord, qui déverse ses énormes souffles de poussière et fait perdre leurs sens et leurs repères à ceux présents sur sa route. Il incarne la force de la nature désertique.

Léo Coulongeat travaille principalement avec un Canon EOS 6D markii et un objectif Tamron SP 24-70mm f2,8 G2, un bon compromis entre encombrement, plage focale, robustesse et qualité optique. Les photos aériennes ont été prises en grande partie avec un drone DJI Spark et Mavic 2 Pro.

Déserts présentés dans l’ouvrage
États-Unis : déserts de l’ouest américain
Espagne : Bardenas Reales
Jordanie : Wadi Rum
Égypte : Sinaï
Iran : Dasht-e Lut, Dasht-e Kavir
Mexique : Chihuahua
Colombie : Tatacoa, La Guajira
Pérou : Nazca
Bolivie, Argentine : Altiplano, Salars
Chili : Atacama
Maroc et Mauritanie : Sahara

Ses images du projet From Desert ont déjà été publiées dans diverses parutions, en France ou à l’étranger sur Der Spiegel, sur VICE, sur phototrend et sur KONBINI.

 

 

 

Pour en savoir plus sur le photographe Léo Coulongeat, accéder à son site personnel :

L’objet

Pour rester dans la singularité et mettre en scène ce récit photographique, une reliure en accordéon a été choisie, appelée leporello. Elle permet une double lecture d’un même récit, avec, d’un côté, une présentation, en doubles-pages, des paysages les plus emblématiques parmi les territoires traversés, donnant toutes leurs dimensions aux landscapes dans une approche très visuelle ; de l’autre, une approche plus documentaire et humaniste qui met en avant les hommes et les visages par le biais de la photographie de portraits accompagnés de légendes pour apporter un éclairage supplémentaire à la lecture.
Le livre est inséré dans un étui, complétant l’aspect livre-objet de l’ensemble.

La fabrication a été confiée à printmodel®, structure spécialiste des technologies d’impression, qu’elle met au service des plus plus grands photographes de nature comme Vincent Munier ou Laurent Ballesta, pour qui elle a développé des profils spécifiques pour sublimer les blancs, les noirs ou les bleus.

C’est donc le choix d’une qualité exceptionnelle qui a prévalu pour la production du livre From Desert.

Le traitement des images de From Desert demande une attention très particulière : les images sont complexes par la diversité des nuances colorimétriques. Pour restituer toutes les spécificités des teintes, un travail de précision est nécessaire en terme de retouches chromatiques pour préparer les fichiers d’impression et être le plus fidèle possible à la réalité.

Les fonds récoltés serviront à financer une production haut-de-gamme du livre, c’est-à-dire l’achat du papier, les frais d’impression et de reliure ainsi que la réalisation de la maquette.
Si les contributions atteignent 30 000 €, nous pourrons augmenter le tirage et présenter une version anglaise, pour toucher un plus large public et l’international.
 
Si la campagne de financement est un succès, chaque livre vendu permettra la plantation d’un arbre, grâce à notre soutien à ReforestAction®, entreprise sociale créée en 2010 dont les actions visent à la reforestation en France et dans le monde.

 

« Mon but n’est pas de faire de la photo carte postale. J’essaie de placer l’homme, l’objet et des mouvements dans les paysages que je choisis de photographier. Mettre en relation une personne avec son environnement ajoute une plus-value à la compréhension de ce lien, et donne un sens au paysage. C’est dans cette démarche que j’ai construit la mise en scène de mes images dans ce livre. » Léo Coulongeat.

Don sans contrepartie Minimum amount is 49 € Maximum amount is
Don avec contreparties

25 €

5 cartes postales inédites de 15 cm x 21 cm, imprimées sur Invercote Creato Digital FSC mixed credit 260g. Le choix de la série de 5 images sera fait par le photographe à partir d'images non présentes dans le livre.

1 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019

49 €

Le livre From Desert. Tous les contributeurs auront leur nom sur une page dédiée aux remerciements à la fin du livre. Livraison gratuite en France métropolitaine.

19 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019

69 €

Le livre From Desert, votre nom à la fin du livre et 5 cartes postales originales au format 15 cm x 21 cm sur papier Invercote Creato Digital FSC mixed credit 260g. Le choix de la série de 5 images sera fait par le photographe, ce seront des images inédites non publiées dans le livre.

1 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019

89 €

Deux livres From Desert ainsi que votre nom sur la page dédiée aux remerciements à la fin du livre.

0 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019

129 €

Trois livres From Desert ainsi que votre nom sur la page dédiée aux remerciements à la fin du livre.

0 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019

€149

Le livre From Desert, votre nom sur la page dédiée aux remerciements à la fin du livre, 5 cartes postales ainsi qu'une impression 30x45 fine art écologique 100% coton d’un tirage, signé, 30 exemplaires maximum.

0 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019

€349

Le livre From Desert, votre nom sur la page dédiée aux remerciements à la fin du livre, 5 cartes postales, une impression 30x45 fine art écologique 100% coton d’un tirage, signé et limité à 30 exemplaires maximum ainsi que deux heures de formation avec le photographe Léo Coulongeat dans un lieu insolite à Paris.

0 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019

€999

Le livre From Desert, votre nom à la fin du livre, 5 cartes postales, un tirage original sur papier mat laminé Dibond 2mm, format 80 cm x 120 cm. Tirage unique, tiré à 10 exemplaires numérotés et signés ainsi que 2 heures de formation photo individuelle par le photographe à Paris dans un lieu insolite.

0 Contributeurs

Livraison estimée : Novembre 2019
NameDonate AmountDate
Barbara Scharsch 49,00June 16, 2019
marie joubert 49,00June 16, 2019
Florence Vaudron 49,00June 14, 2019
Coulongeat Evelyne 49,00June 14, 2019
Coulongeat Patrick 49,00June 14, 2019
Maëlle Loisil 49,00June 14, 2019
Baptiste Cireau 49,00June 14, 2019
marco simon 49,00June 14, 2019
Eric Genet 49,00June 14, 2019
Martin Garms 49,00June 13, 2019
Nicolas Hoizey 49,00June 13, 2019
Liliane Talbot 49,00June 13, 2019
pascale zibaut 49,00June 13, 2019
Quentin DEZULIER 25,00June 13, 2019
Simon Legrand 49,00June 13, 2019
hugues rollin 49,00June 13, 2019
Thomas Guillet 49,00June 13, 2019
Constance De salins 69,00June 12, 2019
Fiona marangoni 49,00June 11, 2019
Maya de Schmidt Wellenstein 49,00June 10, 2019
Etienne JULIEN 49,00June 10, 2019

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur le projet Dans l'intimité des baleines.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *